M2 : Providence et contingence

M2(S2) – Histoire de la philosophie médiévale

Providence et contingence. De la tradition boécienne au tournant du XIVe siècle

Enseignant : P. Porro

Selon une lecture historiographique bien connue, la théologie médiévale chrétienne s’oppose, dans son ensemble, au nécessitarisme de la tradition péripatéticienne gréco-arabe, en affirmant la contingence radicale du monde créé. Pourtant, selon les mêmes théologiens chrétiens, aucun événement naturel ou humain n’échappe en réalité à la science et à la providence de Dieu. Après avoir rappelé quelques présupposés classiques d’Aristote sur la causalité et le déterminisme, le cours se propose d’envisager l’opposition entre la défense de la contingence du monde et de l’agir humain (contre toute forme de déterminisme naturel) et la thèse de l’absolue infaillibilité de la connaissance divine, en considérant surtout les positions de Boèce, Thomas d’Aquin, Siger de Brabant et Jean Duns Scot, et le rôle de la condamnation parisienne du 7 mars 1277.

Principales références bibliographiques :

Textes :

Les textes des auteurs mentionnés ci-dessus seront mis à disposition dans les éditions de référence, avec une traduction française. On peut en outre faire référence à :

  • Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils. III. La Providence, Présentation et traduction par V. Aubin, Paris, Flammarion, 1999.
  • D. Piché (éd.), La condamnation parisienne de 1277, avec la collaboration de Claude Lafleur, Paris, Vrin (« Sic et non »), 1999.
  • Jean Duns Scot, Traité du premier principe. Traduction et texte (bilingue latin-français) par R. Imbach. Introduction par F.-X. Putallaz, Paris, Vrin (« Bibliothèque des textes philosophiques »), 2001.
Études :
  • A. Maier, Notwendigkeit, Kontingenz und Zufall, in Ead., Die Vorläufer Galileis im 14. Jahrhundert. Studien zur Naturphilosophie der Spätscholastik, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1949 (« Storia e Letteratura », 22), p. 219-250.
  • J.J. Duin, La doctrine de la Providence dans les écrits de Siger de Brabant, Louvain, Éditions de l’Institut Supérieur de Philosophie (« Philosophes Médiévaux », 3), 1954.
  • C. Schabel, Theology at Paris, 1316-1345. Peter Auriol and the Problem of Divine Foreknowledge and Future Contingents, Aldershot-Burlington-Singapore-Sydney, Ashgate (« Ashgate Studies in Medieval Philosophy »), 2000.
  • J. Marenbon, Le temps, l’éternité et la prescience de Boèce à Thomas d’Aquin, Paris, Vrin (« Conférences Pierre Abélard »), 2005.
  • V. Cordonier, « Sauver le Dieu du Philosophe : Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Guillaume de Moerbeke et l’invention du Liber de bona fortuna comme alternative autorisée à l’interprétation averroïste de la théorie aristotélicienne de la providence divine », in L. Bianchi (éd.), Christian Readings of Aristotle from the Middle Ages to the Renaissance, Turnhout, Brepols (« Studia Artistarum », 29), 2011, p. 65-114.
  • P. Porro, « Lex necessitatis vel contingentiae. Necessità, contingenza e provvidenza nell’universo di Tommaso d’Aquino ”, in Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, 96 (2012), p. 401-450.

D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.


Vous aimerez aussi...