Lecture de textes philosophiques en langue étrangère (Latin): Épistémologie thomasienne de la croyance (C. de Belloy).

Master 1 et Master 2

Lecture de textes philosophiques en langues étrangères

TD de latin (Camille de Belloy) : les mardis, 12h30-14h00, Sorbonne, salle J 326.

Épistémologie thomasienne de la croyance.

Lecture et traduction de la question 14 De fide des Quaestiones disputatae de veritate de Thomas d’Aquin.

L’introduction puis la diffusion de la philosophie aristotélicienne a suscité chez les théologiens du xiiie siècle, qu’ils fussent ou non partisans d’Aristote, une réflexion intense et renouvelée sur le statut épistémique et éthique de la foi. Comment la foi peut-elle donner seule accès à la connaissance suprêmement révélée de Dieu alors que, selon la Bible même, elle n’a pas l’évidence de son objet et, par là, se trouve privée des prérogatives de la « science » aristotélicienne ? Et si la foi est une forme de connaissance portant sur le vrai, comment peut-elle être en même temps définie comme « vertu » perfectionnant dans le bien celui qui la possède ? Comment situer alors la foi théologale par rapport à une éthique aristotélicienne des vertus (intellectuelles et morales) qui l’ignore et à laquelle elle semble irréductible ? Dans la question 14 des Questions disputées sur la vérité (1256-1259), Thomas d’Aquin, jeune maître à Paris, ressaisit tout le mouvement réflexif qui l’a précédé (de Guillaume d’Auxerre à Bonaventure) et propose, bien avant la Somme de théologie, non seulement une synthèse, mais une pensée puissamment novatrice sur la nature de la foi et l’acte de croire. C’est de ce texte que l’on entreprendra ici une lecture-traduction continue.

Thomas d’Aquin, Quaestiones disputatae de veritate, édition Léonine, t. XXII, 2 (q. 8-20), Rome, 1972, Quaestio 14 De fide, p. 435-473.

Les références bibliographiques à d’autres textes d’auteurs antiques et médiévaux ou à la littérature secondaire seront données au fur et à mesure.