L3 : « Nulla est homini cause philosophandi, nisi ut beatus sit » : le bonheur comme but de la pratique philosophique

L3 (S1) – Histoire de la philosophie médiévale

« Nulla est homini cause philosophandi, nisi ut beatus sit » : le bonheur comme but de la pratique philosophique

Enseignant : P. Porro

Selon la célèbre affirmation d’Augustin d’Hippone (inspirée par Varron) « Nulla est homini causa philosophandi, nisi ut beatus sit (l’homme n’a d’autre objet en philosophant que d’être heureux) » (De civitate Dei, XIX, 1). En effet, cette interprétation de la pratique philosophique ne vaut pas seulement pour la pensée grecque et l’Antiquité Tardive, mais aussi pour le Moyen Âge arabe et latin. Au-delà de l’analyse des diverses positions d’Augustin sur la relation entre philosophie et bonheur, le cours vise à examiner quelques textes fondamentaux, sur le même sujet, de Severin Boèce, Avicenne, Averroès, Thomas d’Aquin et Boèce de Dacie.

Principales références bibliographiques :

Textes :

Les textes des auteurs mentionnés ci-dessus seront mis à disposition dans les éditions de référence, avec une traduction française. On peut en outre faire référence à :

  • Thomas d’Aquin / Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes introduits, traduits et annotés par Ruedi Imbach et Ide Fouche, Paris, Vrin (« Translatio. Philosophies Médiévales »), 2005.
Études :
  • A. de Libera, Penser au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1991.
  • A. de Libera, Averroïsme éthique et philosophie mystique. De la félicité intellectuelle à la vie bienheureuse, in L. Bianchi (éd.), Filosofia e teologia nel Trecento. Studi in ricordo di Eugenio Randi, Louvain-la-Neuve, FIDEM (« Textes et Études du Moyen Âge », 1), 1994, p. 33-56.
  • P. Porro / L. Sturlese (eds), The Pleasure of Knowledge, Quaestio 15 (2015), p. xii-875.


D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.


Vous aimerez aussi...