L1&2 – Ouverture à la philosophie médiévale

L1 & L2 – Cours d’ouverture à la philosophie médiévale

Le Califat, des Abbassides à DAESH : introduction à la philosophie politique islamique classique et à ses utilisations contemporaines

Enseignant : J. Schmutz

«Musulmans (, rejetez la démocratie, la laïcité, le nationalisme et toutes les autres ordures de l’Occident. Revenez à votre religion» : telle était la déclaration officielle prononcée par Abu Muhammad al-Adnani, porte-parole de l’EIIL, le premier jour du Ramadan 2014, déclarant la restauration du califat sous l’autorité d’Abû Bakr al-Baghdâdi devenu «calife Ibrahim». Cette invocation du califat, institution abolie avec l’abdication du dernier empereur ottoman en 1924, n’a pourtant guère de ressemblance avec toutes les formes historiques qu’elle a pu revêtir dans l’Islam classique des premiers siècles de l’Hégire. Ce cours proposera une introduction à la philosophie politique de l’Islam classique, et s’interrogera sur ses usages idéologiques contemporains : on étudiera les différentes sources de la pensée politique en Islam (le Coran et la tradition prophétique, la tradition platonicienne et les traditions persanes pré-islamiques), les grandes traditions médiévales, ainsi que quelques formes de «rénovation» de la tradition islamique classique au XXe siècle, à partir des écrits de Rachid Rida (1865-1935), Mawlana Mawdudi (1903-79) et Sayyid Qutb (1906-66). À travers ce parcours, on montrera que la séparation entre l’État et la religion n’est aucunement une particularité «occidentale» et qu’un grand nombre de traditions classiques dans l’Islam l’ont toujours pratiquée. La revendication d’un «État islamique», tel qu’il est défendu par une certaine orthodoxie sunnite aujourd’hui, se révèle ainsi comme une «invention de la tradition» (E. Hobsbawm), dont les sources remontent aux mouvements réformateurs nés en en Arabie et en Afrique depuis le XVIIIe siècle et non à l’Islam classique.

Textes :

Un dossier de textes, anciens et contemporains, en traduction française sera distribué en classe. On utilisera également quelques supports audio-visuels contemporains (prêches, débats télévisés).

Bibliographie:

Pour la période classique, voir : M. Abbès, Islam et politique à l’âge classique (Paris: PUF, 2009); A. Black, The History of Islamic Political Thought. From the Prophet to the Present (Londres: Routledge, 2001); P. Crone, Medieval Islamic Political Thought (Edimbourg: Edinburgh UP, 2004); A.K.S. Lambton, State and Government in Medieval Islam. An Introduction to the Study of Islamic Political Theory : the Jurists (Oxford: OUP, 1981); I. Lapidus, «The Separation of State and Religion in the Development of Early Islamic Society», International Journal of Middle East Studies ,6 (1975), p. 363-385; E.I.J. Rosenthal, Political Thought in Medieval Islam (Cambridge: CUP, 1962); W.M. Watt, Islamic Political Thought. The Basic Concepts (Edimbourg: Edinburgh UP, 1968).

Pour la période contemporaine : O. Carré, Mystique et politique. Lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb, frère musulman radical (Paris : Presses de Sciences Po / Editions du Cerf, 1984); A. Dallal, “The Origins and Objectives of Islamic Revivalist Thought, 1750-1850”, Journal of the American Oriental Society 11/3 (1993), p. 341-359; J. Esposito, Islam and Politics (Syracuse UP, 1988); H. Laoust, Le califat dans la doctrine de Rachid Rida. Traduction annotée de «Al-Khilâfa aw-limâma al-uzmâ» (Beyrouth, 1938); V. Nasr, Islamic Leviathan. Islam and the Making of State Power and Global Politics (Oxford: OUP, 2001); J. Toth, Sayyid Qutb, The Life and Legacy of a Radical Islamic Intellectual (Oxford: OUP, 2013)


Vous aimerez aussi...