Archives de l’auteur : abelard

M1&2 : Texte latin

M1&2 (S1) – Texte latin

Duns Scot, Le principe d’individuation

Enseignant : P. Porro

Texte :

Jean Duns Scot, Le principe d’individuation, Introduction, traduction et notes par G. Sondag, Paris, Vrin, 1992.

D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.

 

M2 : Providence et contingence

M2(S2) – Histoire de la philosophie médiévale

Providence et contingence. De la tradition boécienne au tournant du XIVe siècle

Enseignant : P. Porro

Selon une lecture historiographique bien connue, la théologie médiévale chrétienne s’oppose, dans son ensemble, au nécessitarisme de la tradition péripatéticienne gréco-arabe, en affirmant la contingence radicale du monde créé. Pourtant, selon les mêmes théologiens chrétiens, aucun événement naturel ou humain n’échappe en réalité à la science et à la providence de Dieu. Après avoir rappelé quelques présupposés classiques d’Aristote sur la causalité et le déterminisme, le cours se propose d’envisager l’opposition entre la défense de la contingence du monde et de l’agir humain (contre toute forme de déterminisme naturel) et la thèse de l’absolue infaillibilité de la connaissance divine, en considérant surtout les positions de Boèce, Thomas d’Aquin, Siger de Brabant et Jean Duns Scot, et le rôle de la condamnation parisienne du 7 mars 1277.

Principales références bibliographiques :

Textes :

Les textes des auteurs mentionnés ci-dessus seront mis à disposition dans les éditions de référence, avec une traduction française. On peut en outre faire référence à :

  • Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils. III. La Providence, Présentation et traduction par V. Aubin, Paris, Flammarion, 1999.
  • D. Piché (éd.), La condamnation parisienne de 1277, avec la collaboration de Claude Lafleur, Paris, Vrin (« Sic et non »), 1999.
  • Jean Duns Scot, Traité du premier principe. Traduction et texte (bilingue latin-français) par R. Imbach. Introduction par F.-X. Putallaz, Paris, Vrin (« Bibliothèque des textes philosophiques »), 2001.
Études :
  • A. Maier, Notwendigkeit, Kontingenz und Zufall, in Ead., Die Vorläufer Galileis im 14. Jahrhundert. Studien zur Naturphilosophie der Spätscholastik, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1949 (« Storia e Letteratura », 22), p. 219-250.
  • J.J. Duin, La doctrine de la Providence dans les écrits de Siger de Brabant, Louvain, Éditions de l’Institut Supérieur de Philosophie (« Philosophes Médiévaux », 3), 1954.
  • C. Schabel, Theology at Paris, 1316-1345. Peter Auriol and the Problem of Divine Foreknowledge and Future Contingents, Aldershot-Burlington-Singapore-Sydney, Ashgate (« Ashgate Studies in Medieval Philosophy »), 2000.
  • J. Marenbon, Le temps, l’éternité et la prescience de Boèce à Thomas d’Aquin, Paris, Vrin (« Conférences Pierre Abélard »), 2005.
  • V. Cordonier, “Sauver le Dieu du Philosophe : Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Guillaume de Moerbeke et l’invention du Liber de bona fortuna comme alternative autorisée à l’interprétation averroïste de la théorie aristotélicienne de la providence divine”, in L. Bianchi (éd.), Christian Readings of Aristotle from the Middle Ages to the Renaissance, Turnhout, Brepols (« Studia Artistarum », 29), 2011, p. 65-114.
  • P. Porro, “Lex necessitatis vel contingentiae. Necessità, contingenza e provvidenza nell’universo di Tommaso d’Aquino ”, in Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, 96 (2012), p. 401-450.

D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.

M1 : Dieu, l’étant, la métaphysique

M1 (S1) – Histoire de la philosophie médiévale

Dieu, l’étant, la métaphysique. Pluralité des sens de l’étant, analogie et univocité dans les débats scolastiques

Enseignant : P. Porro

Le cours vise à examiner la constitution historique de l’alternative entre les doctrines de l’analogie et de l’univocité de l’être en considérant leurs formes paradigmatiques entre le XIIIe et le XIVe siècles : d’un côté, les positions de Thomas d’Aquin et Henri de Gand, de l’autre côté celle de Jean Duns Scot. Cette alternative se qualifie en même temps comme l’histoire d’un glissement épistémologique : la question de l’analogie ou de l’univocité, en effet, cesse progressivement de porter de manière exclusive sur la possibilité de constituer la métaphysique comme science, et commence à envisager aussi (sinon surtout) la possibilité d’attribuer à la théologie un statut strictement scientifique.

Principales références bibliographiques :

Textes :

Les textes des auteurs mentionnés seront mis à disposition dans les éditions de référence, avec une traduction française. On peut en outre faire référence à :

  • Jean Duns Scot, Sur la connaissance de Dieu et l’univocité de l’étant. Introduction, traduction et commentaire par O. Boulnois, Paris, Presses Universitaires de France (« Épiméthée »), 1988, 2ème édition 2011.
Études :
  • B. Montagnes, La doctrine de l’analogie de l’être d’après saint Thomas d’Aquin, Louvain, Nauwelartes, 1963; Paris, Les Éditions du Cerf, 2008.
  • O. Boulnois, “La destruction de l’analogie et l’instauration de la métaphysique”, in Jean Duns Scot, Sur la connaissance de Dieu et l’univocité de l’étant, introduction, traduction et commentaire par O. Boulnois, Paris, Puf (« Épiméthée »), 1988, p. 11-81.
  • P. Aubenque, « Sur la naissance de la doctrine pseudo-aristotélicienne de l’analogie de l’être », in Les études philosophiques, juillet-décembre 1989, p. 291-304.
  • A. de Libera, « Les sources gréco-arabes de la théorie médiévale de l’analogie de l’être », in Les études philosophiques, juillet-décembre 1989, p. 319-345.
  • O. Boulnois, “Duns Scot, théoricien de l’analogie de l’être”, in L. Honnefelder / R. Wood / M. Dreyer (éds.), John Duns Scotus: Metaphysics and Ethics, Leiden-New York-Köln, E.J. Brill (« Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters », 53), 1996, p. 293-315.
  • S. Brown, L’unité du concept d’être au début du quatorzième siècle, in L. Honnefelder / R. Wood / M. Dreyer (éds.), John Duns Scotus: Metaphysics and Ethics, Leiden-New York-Köln, E.J. Brill (« Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters », 53), 1996, p. 327-344.
  • G. Pini, Scoto e l’analogia. Logica e metafisica nei commenti aristotelici, Pisa, Scuola Normale Superiore, 2002.
  • J. Lonfat, « Archéologie de la notion d’analogie d’Aristote à saint Thomas d’Aquin », in Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 71 (2004), p. 35-107.
  • J.-F. Courtine, Inventio analogiae. Métaphysique et ontothéologie, Paris, Vrin (« Problèmes et controverses »), 2005.
  • E.J. Ashworth, Les théories de l’analogie du XIIe au XVIe siècle, Paris, Vrin (« Conférences Pierre Abélard »), 2008.

D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.

L3 : “Nulla est homini cause philosophandi, nisi ut beatus sit” : le bonheur comme but de la pratique philosophique

L3 (S1) – Histoire de la philosophie médiévale

“Nulla est homini cause philosophandi, nisi ut beatus sit” : le bonheur comme but de la pratique philosophique

Enseignant : P. Porro

Selon la célèbre affirmation d’Augustin d’Hippone (inspirée par Varron) « Nulla est homini causa philosophandi, nisi ut beatus sit (l’homme n’a d’autre objet en philosophant que d’être heureux) » (De civitate Dei, XIX, 1). En effet, cette interprétation de la pratique philosophique ne vaut pas seulement pour la pensée grecque et l’Antiquité Tardive, mais aussi pour le Moyen Âge arabe et latin. Au-delà de l’analyse des diverses positions d’Augustin sur la relation entre philosophie et bonheur, le cours vise à examiner quelques textes fondamentaux, sur le même sujet, de Severin Boèce, Avicenne, Averroès, Thomas d’Aquin et Boèce de Dacie.

Principales références bibliographiques :

Textes :

Les textes des auteurs mentionnés ci-dessus seront mis à disposition dans les éditions de référence, avec une traduction française. On peut en outre faire référence à :

  • Thomas d’Aquin / Boèce de Dacie, Sur le bonheur, textes introduits, traduits et annotés par Ruedi Imbach et Ide Fouche, Paris, Vrin (« Translatio. Philosophies Médiévales »), 2005.
Études :
  • A. de Libera, Penser au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1991.
  • A. de Libera, Averroïsme éthique et philosophie mystique. De la félicité intellectuelle à la vie bienheureuse, in L. Bianchi (éd.), Filosofia e teologia nel Trecento. Studi in ricordo di Eugenio Randi, Louvain-la-Neuve, FIDEM (« Textes et Études du Moyen Âge », 1), 1994, p. 33-56.
  • P. Porro / L. Sturlese (eds), The Pleasure of Knowledge, Quaestio 15 (2015), p. xii-875.


D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.

L2 : Raison philosophique et raison théologique

L2 (S1) – Introduction à l’étude de la philosophie médiévale

Raison philosophique et raison théologique

Enseignant : P. Porro

Le cours se propose en premier lieu de donner une introduction méthodologique à l’étude de la philosophie médiévale, en remettant en cause certains clichés ou « automatismes incultes », et deuxièmement d’examiner trois cas exemplaires de la confrontation entre raison philosophique et raison théologique : le Discours décisif d’Ibn Rušd (Averroès), le Dialogue d’un philosophe avec un juif et un chrétien de Pierre Abélard, et la Somme contre les Gentils de Thomas d’Aquin.

Principales références bibliographiques :

Textes :
  • Averroès, Discours décisif, traduction de M. Geoffroy, introduction d’A. de Libera, Paris, Flammarion, 1999.
  • Averroès, L’Islam et la Raison, traduction par M. Geoffroy, présentation par A. de Libera, Paris, Flammarion, 2000.
  • Pierre Abélard, Conférences : Dialogue d’un philosophe avec un juif et un chrétien – Connais-toi toi-même – Éthique, éd. par M. de Gandillac, Paris, Cerf (« Sagesses chrétiennes »), 1993.
  • Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils. I. Présentation et traduction par C. Michon, Paris, Flammarion, 1999.
Études :
  • A. de Libera, Penser au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1996.
  • P. Vignaux, Philosophie au Moyen âge suivi de Histoire de la pensée médiévale et problèmes contemporains, Paris, Vrin, 2004.
  • A. Oliva, « La contemplation des philosophes selon Thomas d’Aquin », in Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, 96 (2012), p. 585-662.
  • A. de Libera, La philosophie médiévale, Paris, Presses Universitaires de France, 2014.
  • A. de Libera, Où va la philosophie médiévale ?, Paris, Collège de France-Fayard, 2014.
  • S.-Th. Bonino, Brève histoire de la philosophie latine au Moyen Âge, Fribourg-Paris, Academic Press-Cerf, 2015.

D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.

Agrégation – Nicolas de Cues, De possest

Agrégation (S1) – Texte latin

Nicolas de Cues, De possest

Enseignant : P. Porro

Le cours se propose d’offrir une lecture analytique, en latin, du trialogue De possest, en considérant également quelques éléments fondamentaux de la pensée de Nicolas de Cues, et en particulier la question de la visibilité de l’invisible, le rapport entre actualité et possibilité, la remise en question des notions modales traditionnelles.

Principales références bibliographiques :

Texte latin :
  • Nicolas de Cues, Le « pouvoir-est » (éd. par Hervé Pasqua), Paris, P.U.F., collection « Épiméthée », 2014.
Études :
  • M. de Gandillac, Nicolas de Cues, Paris, Ellipses, 2001.
  • K. Flasch, Initiation à Nicolas de Cues, Fribourg-Paris, Academic Press-Cerf, 2008.
  • F. Vengeon, Nicolas de Cues : Le monde humain. Métaphysique de l’infini et anthropologie, Grenoble, Jérôme Millon, 2011.
  • J. Sfez, L’art des Conjectures de Nicolas de Cues, Paris, Beauchesne, 2012.

D’autres références bibliographiques seront communiquées tout au long des séances.

 

Colloque international : Una nuova metafisica per una nuova teologia. Giovanni Duns Scoto, a 750 anni della nascita

Una nuova metafisica per una nuova teologia. Giovanni Duns Scoto, a 750 anni della nascita

Colloque international organisé par le Centre Pierre Abélard et l’Université Pontificale Antonianum

7-8 novembre 2016

colloque-dunsscot

Vous pouvez télécharger le programme complet ici.

contact : comscot@antonianum.eu

logo_pontificia_universita_antonianumLogo Paris-Sorbonne-RVB

 

M2 : Vulgariser la philosophie (et la théologie). Le projet doctrinal de Dante Alighieri

M2 (S1 et S2) – Histoire de la philosophie médiévale

Vulgariser la philosophie (et la théologie). Le projet doctrinal de Dante Alighieri

Enseignant : P. Porro

Le séminaire se propose de considérer d’abord le projet audacieux, élaboré par Dante Alighieri dans le Banquet (Convivio), d’élargir le ‘public’ de la philosophie au dehors des limites de la production universitaire latine, en s’adressant directement aux ‘laïques’, et ensuite la persistance des thèmes philosophiques dans la Comédie. Plus en particulier, le séminaire portera sur les trois premiers livres du Banquet (le quatrième faisant l’objet du cours pour l’agrégation), sur quelques passages de L’Éloquence en vulgaire et de la Monarchie, et sur une sélection de chants de la Comédie qui portent, de façon plus ou moins directe, sur des questions philosophiques.

Principales références bibliographiques :

Textes :

• Dante Alighieri, Œuvres complètes, Traductions et notes de Christian Bec, Roberto Barbone, François Livi, Marc Scialom et Antonio Stäub, Paris, Le livre de Poche, 2002.

• Dante Alighieri, La Divine Comèdie, traduction et présentation par J. Risset, Paris, Flammarion, 2010.

• Dante Alighieri, De l’Éloquence en vulgaire. Traduction et commentaires sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard, 2011.

Études :

• É. Gilson, Dante et la philosophie, Paris, Vrin, 1939, 2002.

• R. Imbach, Dante, la philosophie et les laïcs, Fribourg-Paris, Éditions Universitaires-Les Éditions du Cerf (« Vestigia »), 1996.

• D. Ottaviani, La philosophie de la lumière chez Dante. Du « Convivio » à la « Divine comédie », Paris, Champion, 2004.

• P. Falzone, Desiderio della scienza e desiderio di Dio nel Convivio di Dante, Bologna, il Mulino (« Istituto Italiano per gli Studi Storici », 59), 2010.

Une bibliographie plus complète sera communiquée en début d’année.

M1 : Les lectures de la métaphysique médiévale dans la scolastique moderne en France

M1(S2) – Histoire de la philosophie médiévale

Les lectures de la métaphysique médiévale dans la scolastique moderne en France

Enseignant responsable : J. Schmutz

Durant toute la Renaissance et l’époque moderne, la philosophie du Moyen Age est restée un matériau vivant, sans cesse réinterprété: c’est ce qu’on appelle communément la “scolastique moderne”, qui correspond à la philosophie académique enseignée dans les collèges et universités de l’époque de Descartes, Malebranche et même encore de Diderot et de Voltaire, à laquelle seule la Révolution française et la suppression des universités traditionnelle mettra un terme. Dans ce séminaire, qui est en continuité avec celui assuré par M. Pasquale Porro au premier semestre, nous étudierons la manière dont la métaphysique constituée comme «science» au Moyen Age a été transformée par ses héritiers modernes. Nous y étudierons les rapports entre théologie naturelle et métaphysique, la crise du modèle de scientificité hérité des Seconds Analytiques d’Aristote, et enfin les ajustements et transformations provoquées par les philosophies nouvelles, en particulier par l’impact de la pensée de Descartes dans son pays natal. Nous étudierons une série de métaphysiques et de théologies naturelles de la tradition française, nous essaierons d’établir les traits qui les distinguent de leurs modèles essentiellement espagnols et italiens du XVIe siècle. Nous montrerons l’extraordinaire diversité de cette tradition scolastique divisée en de multiples courants (thomisme, scotisme, nominalisme, tradition jésuite, lullisme, néoplatonisme, cartésianisme scolaire) et en de multiples options doctrinales, du réalisme au nominalisme. A travers cette étude, nous essaierons d’écrire une histoire alternative de la métaphysique française moderne en étudiant son arrière-plan scolastique.

La plupart des textes étudiés en classe sont issus d’imprimés anciens ainsi que de quelques sources manuscrites, dont on présentera la spécificité. Ils seront commentés en traduction française sommaire, mais une sensibilité élémentaire au latin scolastique est la bienvenue de la part des étudiants.

Textes étudiés :

Eustache de Saint-Paul (OCist), Summa philosophiae quadripartita, de rebus dialecticis, moralibus et metaphysicis (Paris, 1609) ; Th. Raynaud (SJ), Theologia naturalis, sive entis increati et creati, intra supremam abstractionem, ex naturae lumine investigatio (Lyon, 1622); M. Meurisse (OFM), Rerum metaphysicarum libri tres (Paris, 1623); Daniel de Saint-Joseph (OCD), Metaphysica in tres libros divisa(Paris, 1640) ; R. Mailhat, Summa philosophiae thomisticae (Toulouse, 1652); P. Gautruche (SJ), Institutio totius philosophiae cum introductione ad alias facultates (Caen, 1653); Cl. Frassen (OFM), Philosophia academica (Paris, 1657); P. Mambrun (SJ), Doctrina peripatetica (La Flèche, 1660); P. Cally, Institutio philosophiae (Caen, 1674); A. Goudin (OP), Metaphysica, in : Philosophia iuxta inconcussa tutissimaque D. Thomae dogmata, vol. IV (Lyon, 1670); G. de Rhodes (OP), Philosophia peripatetica ad veram Aristotelis mentem (Lyon, 1671); J. Chanevelle (SJ), Metaphysica generalis juxta principia Aristotelis (Paris, 1677); E. Pourchot, Exercitationes scholasticae in Aristotelis metaphysicam (Paris, 1695); G. Dagoumer, Philosophia ad usum scholarum accomodata (Paris, 1702); G. Buhon (SJ), Philosophia ad morem Gymnasiorum finemque accomodata, vol. III-4 (Lyon, 1723) ; Cl. Buffier (SJ), Cours des sciences (Paris, 1732); P. Lemonnier, Metaphysica, in: Id., Cursus philosophicus ad scholarum usum accomodatus, vol. II (Paris, 1750); Ph. Séguy, Metaphysica, in: Id., Philosophia ad usum scholarum accomodata (Paris, 1759); D. Gigot e.a., Institutiones philosophicae ad usum seminariorum (Épinal, 1763); N. Béguin, Principes de philosophie générale, de physique, de Chimie & de géométrie transcendante, 2 vols (Paris, 1782).

Bibliographie :

R. Ariew, Descartes among the Scholastics (Leiden: Brill, 2013); J.-Chr. Bardout, Penser l’existence, vol. II (Paris: Vrin, 2014, à paraître); L.W.B. Brockliss, French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. A Cultural History (Oxford: Clarendon Press, 1987); Julien-Eymard d’Angers (C. Chesneau), Le P. Yves de Paris et son temps (1590-1618), vol. I : La querelle des évêques et des réguliers (1625-1638) ; vol. II : L’apologétique (Paris, 1946); E. Gilson, Index scolastico-cartésien (Paris: Alcan, 1913) ; J.-L. Marion, Sur le prisme métaphysique de Descartes (Paris: PUF, 1986); R. Pasnau, Metaphysical Themes, 1274-1671 (Oxford: OUP, 2011); T. Schmaltz, Radical Cartesianism. The French Reception of Descartes (Cambridge: CUP, 2002); J. Schmutz, «L’existence de l’ego comme premier principe métaphysique avant Descartes», in : Généalogies du sujet, éd. O. Boulnois (Paris: Vrin, 2007), p. 215-268; G. Sortais, Le cartésianisme chez les Jésuites français au XVIIe et au XVIIIe siècle (Paris: Beauchesne, 1929).

M1 : Une science divine, ou plutôt deux. Le statut scientifique de la métaphysique et de la théologie d’Avicenne à Duns Scot.

CM – Histoire de la philosophie médiévale

Une science divine, ou plutôt deux. Le statut scientifique de la métaphysique et de la théologie d’Avicenne à Duns Scot.

Enseignant : P. Porro

Le séminaire se propose de considérer le processus de dédoublement/réduplication de la ‘science divine’ qui mène d’un côté à la progressive ‘ontologisation’ (et même sécularisation) de la métaphysique comme science philosophique et de l’autre côté à la naissance de la théologie fondée sur la révélation comme nouvelle science. Après avoir examiné le choix avicennien d’identifier dans l’être en tant qu’être le sujet de la philosophie première, on prendra en considération les différentes tentatives élaborées par Thomas d’Aquin et Henri de Gand, de faire de la théologie chrétienne une véritable science au sens aristotélicien du mot ; la réaction de Godefroid de Fontaines, qui vise à l’affaiblissement du statut scientifique de la théologie, et finalement la nouvelle articulation entre métaphysique et théologie proposée par Jean Duns Scot dans le Prologue de son Ordinatio.

 

Principales références bibliographiques :

Textes :

• Avicenne, La Métaphysique du Shifā’, volume 1, livres I à V. Introduction, traduction et notes par G.C. Anawati, Paris, Vrin (« Études musulmanes », 21), 1978, 2000.

• Thomas d’Aquin, Division et méthodes de la science spéculative : physique, mathématique et métaphysique, Paris, L’Harmattan, 2003.

• Jean Duns Scot, Prologue de l’« Ordinatio ». Présentation et traduction annotée de G. Sondag, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

Les textes des autres auteurs mentionnés seront mis à disposition dans les éditions de référence, avec une traduction française.

Études :

• J.-F. Courtine, Suárez et le système de la métaphysique, Paris, Presses Universitaires de France, 1990.

• A. de Libera, “ Structure du corpus scolaire de la métaphysique dans la première moitié du XIIIe siècle ”, in C. Lafleur / J. Carrier (éds.), L’enseignement de la philosophie au XIIIe siècle. Autour du “ Guide l’étudiant ” du ms. Ripoll 109, Turnhout, Brepols (« Studia Artistarum. Études sur la Faculté des arts dans les universités médiévales », 5), 1997, p. 61-88.

• L. Honnefelder, La métaphysique comme science transcendantale, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

• O. Boulnois, Métaphysiques rebelles. Genèse et structures d’une science au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2013.

 

Une bibliographie plus complète sera communiquée en début d’année.